L-eco-entrepreneuriat-et-les-aides-de-l-etat.jpg

Selon les experts, il faudra compter environ vingt ans pour inverser le processus de dégradation de l’environnement. Cette situation a d’ailleurs été un élément déclencheur encourageant de nombreux créateurs d’entreprises à privilégier l’éco-entrepreneuriat. Mais, ces derniers ne sont pas les seuls acteurs majeurs dans la promotion du développement durable, car l’état a aussi sa part de responsabilité et aide grandement les entrepreneurs qui souhaitent se lancer dans ce genre d’activité. les aides pour devenir freelance en font partie et favorisent l’activité des entrepreneurs indépendants.

L’éco-entrepreneuriat, une initiative de plus en plus démocratisée

En France, l’économie dite sociale et durable a pris un essor significatif depuis les années 80. Les bases du concept ont d’ailleurs été posées par la commission mondiale pour l’environnement et le développement en 1987. De plus, ce secteur a permis à de nombreux dirigeants de privilégier l’innovation. Pour être perçu comme un éco-entrepreneur, il ne suffit pas seulement de viser la durabilité. En effet, ce concept allie à la fois l’entrepreneuriat et l’écologie. Notez qu’en général ces entrepreneurs ne sont pas des inventeurs, mais tirent surtout parti de la recherche dans une logique d’affaires. En gros, ces derniers s’efforcent d’harmoniser des objectifs financiers et environnementaux, comme le font certains fabricants de produits de papiers et d’emballage écologique.

Les soutiens de l’état pour promouvoir l’éco-entrepreneuriat

L’état fait des subventions pour promouvoir la création, la rationalisation, la modernisation, la reconversion, l’extension et la reprise des PME commerciales et artisanales. Ces aides peuvent se présenter sous la forme de bonification d’intérêts ou de subvention en capital. Pour en profiter, il suffit de faire une demande à la Direction générale PME et entrepreneuriat du ministère de l’Économie. Outre ces aides, l’état octroie également des avantages fiscaux assez conséquents. D’ailleurs, les freelances peuvent bénéficier d’un éco-prêt avec un taux à 0 %. Et en optant pour des équipements écologiques, il est possible de bénéficier d’une déduction d’impôt sur le revenu et une TVA à 5,5 %.